• Verte, Marie Desplechin

    Verte, Marie DesplechinA onze ans, la petite Verte ne montre toujours aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela, elle dit qu'elle veut être quelqu'un de normal et se marier.

    Elle semble aussi s'intéresser aux garçons de sa classe et ne cache pas son dégoût lorsqu'elle voit mijoter un brouet destiné à empoisonner le chien des voisins.

    Sa mère, ursule, est consternée. C'est si important pour une sorcière de transmettre le métier à sa fille. En dernier ressort, elle décide de confier Verte à sa grand-mère, Anastabotte, puisqu'elles ont l'air de si bien s'entendre.

    Dès la première séance, les résultats sont excellents. On peut même dire qu'ils dépassent les espérances d'UrsureL Un peu trop, peut-être.


  • Commentaires

    1
    Mardi 20 Octobre 2020 à 17:12

    La détermination de Verte dans son refus d’exploiter ses dons de sorcière à des fins méchantes face à celle de sa mère de l’y contraindre fait sourire.

    Mais Verte, aidée de sa grand-mère, l’emportera car elle désire une vie « normale ». Et bien aidée de son meilleur ami, elle pourra même retrouver son père.

    Verte, c’est une histoire qui s’adresse aux jeunes lecteurs habitués aux changements de narrateurs. Certains épisodes sont d’ailleurs abordés sous l’angle de chacun d’eux. Cela permet de reconstituer le puzzle. 

    Le style de Marie Desplechin est adapté au public cible, sans toutefois basculer dans la simplicité. 

    Des trois volumes avec Verte comme héroïne, celui-ci est de loin mon préféré. Et je le recommande car il est distrayant, tout en mettant en évidence le choix de vie que devrait pouvoir poser toute personne. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :