• Le doux murmure du tueur, Nadine Monfils

    Jack a 15 ans. Il vit un amour dévorant pour Nina, mignonne petite rouquine au sourire ravageur, un brin pimbêche. Mais quand il a fait une tentative d'approche, celle-ci l'a rabroué.Elle lui préfère un mystérieux inconnu. Jack reste obnubilé par Nina. Plus encore depuis qu'il a ouvert le funeste livre noir confié par une voisine un peu sorcière. Ce livre souffle à ses lecteurs les drames futurs... Jack a ainsi eu la vision de Nina, portant des ballerines rouges, morte étranglée par un ruban rouge. Simple délire d'un amoureux éconduit ou prémonition ? Son trouble augmente encore lorsque Nina arrive à l'école avec de nouvelles ballerines rouges.Comment arrêter le tueur ?

    Le doux murmure du tueur, Nadine Monfils


  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Janvier à 14:06

    C'est en cherchant un autre livre que j'ai acheté celui-ci. La 1ère et la 4ème m'avaient en effet intriguée. Son autrice, également réalisatrice, est belge. La sortie du roman est récente (7 janvier 2021)

    Un soupçon de fantastique (rêves prémonitoires, un rat qui communique), une intrigue bien amenée et adroitement poursuivie (une vielle mystérieuse, un voisin "zinzin", un père écrivain, une mère policière et un prof. de français très secret, un personnage principal sympathique (Jack) et débrouillard, un amour adolescent malheureux, et des familles "à secrets". Autant d'ingrédients pour un récit palpitant qui s'adresse aux adolescents à partir de 15 ans.

    La lecture est prenante : on commence le roman et on ne le lâche pas tant que la résolution ne s'impose pas au lecteur (c'est-à-dire à la fin yes). Le rythme est soutenu et la brièveté des différents chapitres n'y est pas étrangère. Le narrateur est extérieur au récit, mais il donne la "parole" aux différents protagonistes de l'histoire, sans pour autant désarçonner le lecteur.

    Le seul reproche que je pourrais émettre est le langage trop familier dans certaines répliques. Est-ce une nécessité de l'utiliser dans des dialogues de "jeunes" si on veut les intéresser? Je ne le pense pas, mais c'est une perception toute personnelle : le trop familier et la grossièreté me dérangent, en effet, en littérature "jeunesse".

     

     

    Un extrait :

    "Avant de s'en aller, elle aperçut une petite boîte entourée d'un joli ruban rouge, trônant au-dessus de l'armoire. Elle grimpa sur une chaise, l'attrapa et l'ouvrit. Elle contenait de vieilles photos un peu jaunies, et des lettres d'amour, toutes signées "Ton ange". LA photo d'une jeune fille souriante, avec un joli chapeau de paille d'où dépassaient de longs cheveux roux, glissa d'une des lettres. Machinalement, elle la fourra dans sa poche et remit la boîte à sa place, après avoir pris soin de bien renouer le ruban autour. On aurait dit qu'il ne voulait pas que ses secrets s'échappent."

    2
    Mardi 26 Janvier à 16:49

    J'ai bien aimé ce livre que j'ai lu en une après-midi. Les chapitres sont courts et tout donne envie de connaître le coupable.

    Je le conseille si vous voulez lire une intrigue.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :