• La disparue de l'île Monsin, Armel Job

    Hiver 2011. Deux petites filles se noient dans la Meuse. La plus jeune est tombée à l'eau et sa soeur, qui pourtant ne savait pas nager, a tenté de la sauver. Quelques jours plus tard, un pompier de Liège perd la vie en cherchant les corps. Liège, le 25 janvier 2012, 11 heures du soir. En pleine tempête de neige, Jordan Nowak, loueur de pianos, aborde le pont-barrage de l'île Monsin. Dans ses phares, soudain, une silhouette penchée sur le parapet. Jordan découvre une jeune femme hagarde qu'il emmène à son hôtel. Là, Éva lui confie qu'elle allait se jeter à l'eau. Le lendemain matin, elle s'est volatilisée. Que s'est-il passé ? Quel est le lien entre le fait divers terrible de l'hiver 2011 et cette disparition mystérieuse ? Chargé de l'enquête, le jeune inspecteur Lipsky y voit l'occasion rêvée de faire avancer sa carrière. Mais sa précipitation et son inexpérience vont entraîner toutes les personnes impliquées dans un tourbillon dévastateur...

    La disparue de l'île Monsin, Armel Job


  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Novembre 2020 à 08:31

    Quand on referme le livre, même si l'histoire écrite est terminée, bien des pensées continuent de trotter dans la tête...

    C'est dans un style classique et sobre qu'Armel Job nous fait découvrir ses personnages et nous décrit les caractères à travers les actes, les pensées, les secrets.

    Il s'agit d'une enquête, mais sans meurtre. La psychologie remplace le "glauque". On lit avec envie de savoir, avec un peu d'anxiété mais jamais avec horreur. Tout semble si calme, et pourtant des âmes sont torturées : Eva qui se reproche la mort d'une amie; Helga qui ne sait plus construire de pont pour comprendre sa fille, Nathanaël qui veut à tout prix "parvenir" quitte à culpabiliser un innocent, Jordan, paisible loueur de pianos, qui veut sauver une vie malgré tout, et bien d'autres...

    La lecture est agréable, les phrases écrites dans un style classique, le vocabulaire soutenu : un plaisir littéraire!

    Et cerise sur le gâteau, le décor planté à Liège... Quand on connaît la ville, on y rejoint les personnages dans les rues, sur les bancs, en bord de Meuse, en fermant les yeux.

    Une belle découverte en tout cas!

     

    2
    Mercredi 11 Novembre 2020 à 08:38

    "Là, elle était tombée dans ses bras et , après avoir pleuré tout son soûl, elle avait pris sur elle. L'individu sous les verrous, lui avait-elle expliqué, était l'homme qui avait chargé Eva en stop, la nuit du 25 janvier, Nowak, un loueur de pianos. Dieu sait pourquoi, Stany s'était aussitôt senti un peu rassuré. Un pianiste l'aurait effrayé, mais un loueur de pianos! Etait-ce parce qu'un pianiste, qui exécute toutes sortes de musiques, pourrait très bien exécuter une jeune femme, tandis qu'un loueur n'aurait pu que se louer de l'avoir secourue? La puissance des mots..."

    3
    Mercredi 2 Décembre 2020 à 14:12

    Deux suspects soupçonnés, arrêtés, relâchés, alors que ...

    Armel Job est décidément bien adroit pour déjouer toutes les suppositions. C’est un livre policier mais sans violence, juste comme je peux supporter. Je l’ai beaucoup aimé. 

    4
    Laj
    Mardi 11 Mai à 08:55

    "La disparue de l'île Monsin" est un livre qu'on ne peut refermer avant de l'avoir terminé. Même s'il me reste des questions sans réponse, par rapport à la disparue, j'ai vraiment aimé ce texte écrit par Armel Job.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :